<br/><br/>Les différentes directions, les départements et services de Bordeaux Port Atlantique



Les différentes directions, les départements et services de Bordeaux Port Atlantique
Retrouvez-les dans l'organigramme.

Gouvernance et organisation

Organisation

Le Grand Port Maritime de Bordeaux est dirigé par Christophe MASSON, Directeur Général et Président du Directoire.
Les différentes directions, départements et services sont présentés au sein de l'organigramme :

PASCAL LEFEVRE est le président du Conseil de Surveillance.

Le directoire est composé de :

  • Christophe MASSON, directeur général et président du directoire.
  • Etienne NAUDE, directeur de la stratégie et du développement
  • Renaud PICARD, directeur financier, agent-comptable.

Consultez l'organigramme du Grand Port Maritime de Bordeaux 

Gouvernance

Sous le contrôle du Conseil de surveillance, le Grand Port Maritime de Bordeaux est dirigé par un directoire de trois personnes dont le président, Christophe MASSON, directeur général du Grand Port Maritime de Bordeaux.

  • Le Conseil de surveillance, qui élit son président, comporte 17 membres nommés pour 5 ans.
    Il se réunit au moins une fois par trimestre, arrête les décisions stratégiques de l’établissement et contrôle sa gestion.
  • Consultez les délibérations du Conseil de surveillance
  • Il comprend :
  • 5 représentants de l'Etat
  • 4 représentants des collectivités territoriales
  • 5 personnalités qualifiées
  • 3 représentants du personnel
Télécharger la liste des membres du Conseil de Surveillance

La Présidence du Conseil de surveillance est assurée par M. PASCAL LEFEVRE élu a cette fonction au cours de la séance d’installation du 14 février 2014.

  • Le Directoire assure la direction de l’Etablissement et est responsable de sa gestion.
    A Bordeaux, le Directoire est composé de trois membres et présidé par Christophe MASSON, directeur général du Grand Port Maritime de Bordeaux.
    Consultez les dernières délibérations du Directoire
  • Le Conseil de développement comporte 30 membres répartis en 4 collèges représentant les milieux professionnels, sociaux et associatifs ainsi que les Collectivités territoriales.
    Consulté sur le projet stratégique et la politique tarifaire du port, ce conseil se réunit au moins deux fois par an.
  • Consultez les délibérations du Conseil de développement
  • 1er collège. Représentants de la place portuaire (9 membres)
  • 2e collège. Représentants des personnels des entreprises exerçant leurs activités sur le port (3 membres)
  • 3e collège. Représentants des collectivités territoriales (9 membres)
  • 4e collège. Personnalités qualifiées intéressées au développement du port (9 membres)

Téléchargez la liste des membres du Conseil de Développement  

Un Conseil de Coordination Interportuaire regroupant les ports de Bordeaux, La Rochelle et Nantes Saint-Nazaire a été mis en place. Il est chargé d'engager des actions communes de promotion de la façade Atlantique française et de coordonner son développement en contribuant à la conduite d'une politique volontariste en matière de dessertes terrestres et en encourageant la mutualisation des moyens des trois ports.

 

Missions

Le Grand port maritime de Bordeaux qui s’est substitué au Port autonome depuis la loi du 4 juillet 2008 portant réforme portuaire a pour missions, dans les limites de sa circonscription, de veiller à l’intégration des enjeux de développement durable dans le respect des règles de concurrence.
Il est chargé de :

  • l’aménagement, l’exploitation et l’entretien des accès maritimes,
  • la police, la sûreté et la sécurité,
  • la gestion et la préservation du domaine public et des espaces naturels dont il devient propriétaire (hormis le domaine maritime et fluvial),
  • la construction et l’entretien de l’infrastructure portuaire,
  • la promotion de l’offre de dessertes ferroviaires et fluviales en coopération avec les opérateurs concernés,
  • l’aménagement et la gestion de zones industrielles ou logistiques liées à l’activité portuaire,
  • la promotion générale du port.

La loi prévoit que les GPM n’ont plus vocation à exercer les missions d’exploitation des outillages ; ces derniers devront être cédés à des opérateurs manutentionnaires. En parallèle, les GPM pourront créer des filiales pour continuer à assurer des travaux de maintenance.