"La Voix Maritime",<br/> la newsletter de Bordeaux Port Atlantique.

"La Voix Maritime",
la newsletter de Bordeaux Port Atlantique.

Toute l'actualité de Bordeaux Port Atlantique et de ses partenaires.

La Voix Maritime février 2017 - Newsletter

SCI BORDEAUX PORT IMMO ET EIFFAGE IMMOBILIER SIGNENT UN CONTRAT DE PROMOTION IMMOBILIERE DANS LE CADRE DU FUTUR HANGAR « G1 » DES BASSINS A FLOT

Dans le cadre du réaménagement du quartier des Bassins à flot, la SCI Bordeaux Port Immo et Eiffage Immobilier signent un Contrat de Promotion Immobilière afin de réaliser un programme immobilier multifonctionnel de plus de 22 000 m².

Situé face au Hangar G2, le long de la rue Lucien Faure, ce vaste ouvrage portera le nom de «G1», sera construit en lieu et place de l'ancien «Entrepôt maritime» et comportera :

  • un parc de stationnement de plus de 500 places payantes,
  • 3 000 m² d'espaces commerciaux,
  • 4 000 m² de surfaces pour les activités tertiaires et de formation.

L’opération est structurée au sein d'une société civile immobilière nommée «Bordeaux Port Immo» portée conjointement par le Grand Port Maritime de Bordeaux (60%) et la Caisse des dépôts (40%).  Les deux partenaires apportent au total 8,2 M€ de fonds propres.
Initié en 2013, le programme sera livré en 2019. Situé sur la rue Lucien Faure, à l'angle du quai Armand Lalande, ce bâtiment sera particulièrement identifiable au débouché du pont Jacques Chaban-Delmas.
La maîtrise d’œuvre de l’opération est assurée par l’agence DND Architectes et le bureau d’étude EGIS.
Le Grand Port Maritime de Bordeaux et la Caisse des Dépôts veulent ainsi s’inscrire durablement dans le développement urbain de Bordeaux Métropole, en accompagnant le nouvel essor du tissu économique du quartier des Bassins à flot.
En complément de ces accords, la SCI Bordeaux Port Immo officialise l'attribution du marché d'exploitation du parking à la société Effia Stationnement et le Grand Port Maritime de Bordeaux délivre à sa filiale Bordeaux Port Immo, une convention d'occupation temporaire du Domaine Public pour le terrain d'assiette.

Signature immobilier

© C.PIT pour GPMB

A propos de la SCI Bordeaux Port Immo...

Créée en 2015, la SCI Bordeaux Port Immo est une société constituée par Bordeaux Port Atlantique (60% des parts) et la Caisse des Dépôts (40% des parts), dont le but est de réaliser des programmes immobiliers sur les emprises portuaires.

Bordeaux Port Atlantique est une plate-forme industrielle et logistique reposant sur 7 sites spécialisés (Le Verdon, Pauillac, Blaye, Ambès, Grattequina, Bassens et Bordeaux-port de la lune), répartis sur les 100 kms de l'estuaire de la Gironde, le plus vaste estuaire européen.

Idéalement positionné sur la façade atlantique, le port de Bordeaux traite entre 8 et 9 millions de tonnes de marchandises par an.

L'activité portuaire de Bordeaux Port Atlantique est à l'origine de plus de 4900 emplois directs, répartis dans 200 établissements.

La Caisse des Dépôts et ses filiales constituent un groupe public, investisseur de long terme au service de l’intérêt général et du développement économique des territoires. Sa mission a été réaffirmée par la loi de modernisation de l’économie du 4 août 2008.

Reconnu pour son expertise dans la gestion de mandats, le Groupe concentre son action sur quatre transitions stratégiques pour le développement à long terme de la France : les transitions territoriale, écologique et énergétique, numérique et démographique. www.caissedesdepots.fr

A propos d'Eiffage Immobilier

Eiffage Immobilier développe, partout en France et au Benelux, une offre diversifiée qui place l’entreprise parmi les acteurs incontournables du marché. Filiale du groupe Eiffage, elle conjugue avec talent les métiers de promoteur et de constructeur en s’appuyant exclusivement sur les équipes d’Eiffage Construction. Partenaire des collectivités locales dans le cadre de leurs projets d’aménagements urbains et des opérateurs sociaux pour leurs programmes de logements, Eiffage Immobilier est aussi très active dans le secteur privé : logements et résidences services, hôtellerie, immobilier d’entreprise et urbanisme commercial. A travers ses opérations, Eiffage Immobilier valorise des lieux de vie confortables et économiques en s’appuyant en permanence sur une démarche environnementale et de performance énergétique ambitieuse.

 

Retour à la newsletter

 

L'ACTU DES BASSINS

Le développement des activités refit et réparation navale se confirme à Bordeaux Port Atlantique.
Le port, qui en fait une priorité, inscrite à son projet stratégique, poursuit ses investissements sur ce secteur industriel, qui constitue un atout de poids pour l'économie locale et l'emploi.

Dans ce cadre, les derniers aménagements du pôle naval des bassins à flot ont été présentés lundi 30 janvier à une délégation d'une vingtaine de personnes, composée notamment d'élus et d'entreprises clientes, avant la cérémonie des vœux de Bordeaux Port Atlantique.

Cette visite, à laquelle participaient notamment Sandrine Doucet, députée de la Gironde, Philippe Dorthe, conseiller régional d'Aquitaine et conseiller départemental de la Gironde, Jean-Pierre Turon, maire de Bassens et conseiller métropolitain délégué, et Stephan Delaux, adjoint au maire de Bordeaux était l’occasion de découvrir les dernières réalisations sur le site (voiries et réseaux divers opérationnels, goudron et pavage, clôture et éclairages). Les visiteurs ont ainsi pu parcourir le pôle naval, modernisé et adapté aux besoins des compagnies, où étaient accueillis deux navires, l'un à quai, l'autre en forme. 

Le Scenic Diamond, paquebot fluvial de 135 mètres, était ainsi à flot, quai 209 pour un important second refit de plusieurs mois, après celui de l'hiver 2015/2016. La délégation a pu se rendre à bord pour découvrir de l'intérieur la réalité d'un chantier de refit imperceptible des voisins : agrandissement des cabines, installation d'un spa, travaux de chaudronnerie sur la structure du navire… avec d'excellentes conditions de sécurité et de protection des matériels. Guidés par les équipes du port, les visiteurs se sont ensuite rendus face à la forme 1 qui accueillait le bac du Conseil départemental «Sébastien Vauban» pour son entretien annuel. Travaux mécaniques et carénage étaient notamment au programme pour ce navire de 60 mètres qui assure la liaison entre Blaye et Lamarque, et pour qui la proximité de la forme de radoub, en particulier avec la tempête de début février, constitue un véritable atout.

Après la barge airbus «Breuil» (armée par Socatra) mise à sec en forme 1 pour un arrêt technique complet en début d'été 2016, le Vauban est le deuxième navire mis à sec aux bassins à flot.

En un mois, fin janvier 2017, 6 navires avaient déjà été accueillis pour des opérations de maintenance sur les outils de mise à sec de Bordeaux Port Atlantique. Les travaux de modernisation se poursuivent, avec une enveloppe de 10 M€ prévue dans le cadre du Contrat de Plan Etat Région (volet territorial) : Bassens (déconstruction et navires de grande taille), Bacalan (interventions lourdes sur de petites unités) et Bassins à flot (pôle naval).


© GPMB

 

Retour à la newsletter

 

LE CHIFFRE STAR

53

C'est le nombre d'escales de paquebots programmées en 2017. Un nouveau record qui succédera à une année 2016 déjà exceptionnelle.

Bordeaux, situé en 2ème position derrière le Havre pour l'accueil des escales de croisière sur la façade Atlantique-Manche, a enregistré la plus forte progression avec 50 escales (+42 %) et 33 200 passagers (+66%) en 2016.
Plébiscitée par les armateurs et les croisiéristes, le succès de l'escale Bordeaux se confirme avec d'excellentes perspectives pour 2017 : 53 paquebots sont attendus, pour un équivalent de 86 journées à quai sur les terminaux de Bordeaux et Le Verdon (et dans une moindre mesure Pauillac et Bassens).

Les partenaires de Cruise Bordeaux ont été reçus au port jeudi 9 février, pour échanger sur le bilan 2016 et sur les actions de promotion en 2017, afin d' assurer le développement de la croisière, un enjeu économique de premier plan pour le territoire.

Au delà d'une communication régulière sur les supports spécialisés, mais aussi auprès du grand public (notamment à travers la nouvelle page Facebook Cruise Bordeaux), le développement des actions réseaux et sur les salons est au cœur du programme. Cruise Bordeaux donnera ainsi la priorité au salon Seatrade Global, rendez-vous annuel de référence des professionnels de la croisière en Floride, pour mettre en avant les atouts de la destination au sein du pavillon France piloté par Atout France.

En lien avec les évolutions du marché, le port de Bordeaux étudie également avec ses partenaires la création d'un terminal dédié à la croisière, à Pauillac, pour accueillir les paquebots de grandes dimensions, au plus près du vignoble, et à une heure de Bordeaux. L'étude de marché a confirmé l'intérêt du projet, et les études techniques qui vont être lancées en 2017 ont été présentées aux partenaires de Cruise Bordeaux.


© Fred Blanpain pour GPMB


© Sébastien Husté pour GPMB

 

Retour à la newsletter

 

... SUR LE TERRAIN

© GPMB

© GPMB

Bordeaux Port Atlantique retenu parmi les 18 seuls sites mondiaux de démantèlement agrées par l'Union Européenne.

L'Union Européenne vient de publier la liste des sites internationaux de démantèlement de navires, agréés par l'institution. Bordeaux Port Atlantique figure parmi les 18 sites retenus dans le monde et le plus important en France.

Cette distinction reconnaît l'excellence des réalisations, des compétences, des procédures et des équipements du pôle de recyclage de Bordeaux Port Atlantique.

Elle récompense les investissements réalisés par Bordeaux Port Atlantique dans des outils qui lui permettent d'être le plus important site français de cette liste en termes de tonnage et de dimensions et dans le top 6 européen :

  • la forme de radoub n°3 de Bassens (240m de long, 34m de large)
  • un terre-plein polyvalent de 3,5 hectares avec plusieurs milliers de m² de dalles étanches
  • les équipements qui répondent aux normes d'une ICPE, de l'Europe et de la Convention de Hong Kong.

Au coeur d'une des routes maritimes les plus importante du monde, ce site est le seul de la liste européenne qui est ouvert à tous les opérateurs de démantèlement qui en font la demande et en appliquent les procédures.

A la suite du chantier de démantèlement de l'ex-Jeanne d'Arc (Véolia pour le compte de la Marine Nationale), l'ex-Colbert lui succédera pour clore un chantier global de démantèlement qui aura duré plus de 36 mois. Ces navires s'ajouteront à une liste de référence de navires militaires et marchands en importante croissance depuis 2012.

Bordeaux Port Atlantique prévoit de poursuivre en 2017 les investissements sur ces équipements afin de les optimiser et les rendre toujours plus compétitifs.

 

Retour à la newsletter

 

FOCUS

© GPMB

Bordeaux Port Atlantique baptise sa vedette hydrographique Astrolabe.

Le Grand Port Maritime de Bordeaux a baptisé lundi 30 janvier 2017 sa nouvelle vedette hydrographique, l'Astrolabe*, sous l’œil bienveillant de sa marraine, Mme Sandrine DOUCET, Députée de la Gironde. Cette unité construite par les Chantiers Gatto de Martigues remplace la vedette hydrographique Alidade livrée en 2001.

Port d'estuaire par excellence, le port de Bordeaux n'en est pas moins soumis au phénomène de marée. L'aménagement de ses accès nautiques est donc stratégique, afin de garantir la sécurité de la navigation, mais aussi pour assurer son développement, lequel passe par l'accueil de navires à fort tirant d'eau, véritable enjeu de compétitivité en lien avec la massification des échanges.

Cette priorité s'est traduite au port de Bordeaux par une politique d'amélioration continue pour le renouvellement des engins de dragage. En 2007, l'arrivée de la vedette Arbalestrille lance la modernisation des moyens d'acquisitions de données. En 2013, la drague Anita Conti remplace la Pierre Lefort. Plus efficace, elle offre un meilleur rendement par cycle pour moins d'énergie consommée. A présent, l'Astrolabe vient renforcer les moyens de sondage dont le port de Bordeaux dispose en venant rejoindre sa flotte de vedettes hydrographiques.

Avec l'Arbalestrille, dont elle est une version «optimisée», elle est à la base de toute l'activité dragages, puisqu'elle permet la reconnaissance des fonds, première étape d’une démarche visant à connaître avec exactitude la profondeur du chenal et celle disponible en bordure des quais. Particulièrement adaptable et évolutive, cette nouvelle vedette offre de meilleures conditions de sécurité et de confort pour l’hydrographe et son barreur. Capable d'affronter de fortes houles, comme celle de l'embouchure, elle répond parfaitement aux besoins du port, d'abord pour l'entretien des accès nautiques, des postes à quai et des ouvrages d'assèchement, mais aussi pour la surveillance et la connaissance globale de l'estuaire de la Gironde, autres missions régaliennes de l'établissement. Des missions menées dans le cadre d'une politique de développement durable, qui font l'objet d'une vigilance permanente, tout comme la qualité des sédiments, pour entretenir le chenal en accord avec l'évolution des trafics et des activités.

Cette vedette conçue par le Bureau d'Etude Mauric de Marseille et construite par le Chantier Naval Gatto de Martigues, a été financée à hauteur de 80 % par l’État à travers le plan de relance portuaire, les 20 % restant étant financés par le port de Bordeaux.

Fin 2018, le port de Bordeaux accueillera également une nouvelle drague innovante en remplacement de la Maqueline, en charge de l'entretien des souilles. Dotée d'une motorisation duale gazole/GNL, avec technique d'injection d'eau, elle contribuera à son tour à l'optimisation des dragages tout en réduisant les dépenses énergétiques et les émissions qui y sont liées, dans le cadre du projet PEEPOS Port à Energie et à Economie POSitives.

*Astrolabe signifie littéralement «prendre la hauteur des astres» et désigne un ancien instrument, permettant de lire l'heure en fonction du positionnement des étoiles.

Retour à la newsletter

 

LE POINT DE VUE DE ...

Matthieu Blandin, responsable Énergies Marines Renouvelables chez Valorem Marine Solutions et représentant de la société SEENEOH

LVM : Quel est l'objectif du site d'essai d'hydroliennes fluviales SEENEOH ?

SEENEOH est un Site Expérimental pour l'Essai et l'Optimisation d'Hydroliennes. Concrètement, nous proposons trois emplacements disponibles, nommés Bristol, Bilbao, Québec (d'après les villes jumelées avec Bordeaux ayant un estuaire) pour accueillir des technologies flottantes, posées ou à portance variable.  Le projet SEENEOH a pour objectif d'accompagner les développeurs sur les phases amont et aval de leurs tests «grandeur nature».  Nous proposons un ensemble de services opérationnels grâce à des partenaires publics et privés qui sont en mesure de certifier les technologies utilisées, tant au niveau environnemental (compatibilité avec le milieu naturel) que technique (courbes de puissance et performance). L'avantage de SEENEOH est d'offrir un site unique, complet, supervisé et sécurisé puisque toutes les données sont collectées et traitées pour assurer l’exploitation technique du site d'essai. Un centre de conduite supervise le site 7J/7 et 365J/an pour réceptionner les différentes informations, autoriser ou non l’accès et réceptionner l’ensemble des alertes liées à la sécurité 24h/24 pour déclencher les interventions nécessaires. Après l'installation du  poste de conversion et les travaux maritimes l'année dernière, nous allons raccorder au site SEENEOH la plate-forme Bilbao, assemblée sur le slipway du Grand Port Maritime de Bordeaux à Bacalan le mois dernier.  Elle est désormais équipée de ses treuils, armoires électriques et pare-embâcles, et va être  mise à l'eau et remorquée sur la zone de test près du Pont de Pierre. Elle permettra la pose d'hydroliennes pour des concepteurs qui pourront tester et certifier à Bordeaux leur technologie, en vue du développement de fermes pilotes, puis de fermes commerciales.

 

LVM : Les Assises européennes de la transition énergétique se sont déroulées à Bordeaux fin janvier. Quel bilan faites-vous de cet événement ?

Le bilan est très positif. Nous avons pu présenter les dernières avancées du projet SEENEOH et avons perçu l'intérêt des acteurs publics, mais aussi des entreprises pour la montée en puissance du site. Nous avons reçu, dans le cadre d'une visite technique, une délégation d'une dizaine de personnes, dont le président de l'ADEME, pour présenter la plate-forme Bilbao en coopération avec les services du Grand Port Maritime de Bordeaux. Nous avons également reçu une cinquantaine de personnes pour une visite grand public du poste de conversion électrique et une présentation des activités du Centre de Conduite à la maison écocitoyenne à Bordeaux. C'est également lors des Assises de la Transition Énergétique qu'a été signée une convention avec la Caisse des Dépôts qui nous a permis de boucler le financement de SEENEOH, je dirais donc que nous avons bien avancé !

Après cet important travail mené localement,  nous serons au Havre lors de la convention SEANERGY les 22 et 23 mars prochains. Nous serons présents sur le stand de la région Nouvelle Aquitaine, et co-exposants avec le port de Bordeaux, qui est un partenaire stratégique pour SEENEOH. Notre objectif est de convaincre les industriels et les concepteurs de technologies de venir à Bordeaux où nous pouvons les accompagner dans leur projet avec notre partenaire ADI, pour tester et certifier leurs hydroliennes. Nous sommes donc dans une véritable démarche de prospection commerciale et valoriserons avec le port de Bordeaux notre capacité d'accueil et de soutien des EMR.

 

LVM : Quelles sont les conditions nécessaires au développement de nouvelles filières d'Energies Marines Renouvelables en Aquitaine ?

Il s'agit d'activités nouvelles, qui posent encore question sur leurs impacts et leur rentabilité. Les Energies Marines Renouvelables ont  besoin d'un écosystème favorable pour se développer. Au-delà du potentiel des courants accélérés qui peuvent atteindre 3,5 m/s,  SEENEOH est un outil «sur mesure» pour aider la filière hydrolienne à se développer, aussi bien au niveau administratif, pour les études d'impact notamment, qu'au niveau industriel pour valider la puissance escomptée et ainsi faciliter le financement des projets. En ce sens SEENEOH repose sur une profonde collaboration des acteurs publics et privés. Le projet est financé à 65 % par des fonds publics, nous sommes soutenus par les collectivités locales, Région, Département et Métropole, et bénéficions du dispositif  Investissements d'Avenir. Les 35 % restant sont financés par les 4 actionnaires (Energie de la Lune, la SEML Route des Lasers, Cerenis et Valorem) et nos partenaires privés (EDF, GTM, NEOTEK, ENEDIS, MIXENER, Caisse des dépôts et consignation, EVIAA MARINE). Nous avons mené des études avec le port de Bordeaux, dans le cadre du projet PEEPOS Port à Energie et à Economie POSitives, pour le développement d'une ferme pilote d'hydroliennes fluviales. Le port met à disposition de SEENEOH ses emprises mais aussi ses capacités d'accueil pour la mise à sec et la maintenance  de nos structures. Le site de Bacalan, très proche avec des ateliers polyvalents, est un atout indispensable pour notre activité qui fait intervenir des compétences très diverses.

Au final, les acteurs du territoire ont répondu présents et sont impliqués dans cette démarche d'accompagnement des EMR, qui peut profiter des atouts du territoire dans les domaines de l'énergie, du composite, de la maintenance industrielle mais aussi de la logistique dans le cas d'un développement à l'export.

Toutes les infos sur www.seeneoh.com et sur twitter @SEENEOH_Site

 

Retour à la newsletter

 

DERNIÈRE MINUTE

Documentation

Dans le cadre de sa participation aux Assises européennes de la transition énergétique, Bordeaux Port Atlantique a édité une plaquette de présentation de la démarche PEEPOS Smart Green, deuxième étape du projet PEEPOS, pour un port bas carbone à l'horizon 2020. 

Découvrez la plaquette ici

 

 

 

 

Trafic

Bordeaux Port Atlantique a  enregistré un trafic fret global de 7,85 millions de tonnes en 2016, en retrait de 6,5 % par rapport à 2015.  Les imports d'hydrocarbures, première filière du port, se sont  maintenus à un bon niveau, avec une légère baisse de 1,7 %.
Comme pour les autres ports céréaliers, le résultat de l'année 2016 a cependant été fortement impacté par la baisse des exportations de céréales, avec une perte de 330 000 tonnes sur la filière, en lien avec les mauvaises récoltes. De bons résultats sont cependant à signaler pour les entrées d'oléagineux, et pour la filière engrais, qui enregistre une hausse de 4 %.

Pour le trafic passager, 2016 a été une année record pour le port de Bordeaux, avec une progression de 42 % du nombre d'escales, pour atteindre 50 paquebots accueillis sur ses installations.

© S.Husté pour GPMB

 

14ème colloque de l'estuaire

Toutes les années impaires, le Conservatoire de l'estuaire de la Gironde organise dans la citadelle de Blaye le colloque de l'estuaire. Cette année, il se déroulera le 25 mars et aura pour thème : «Migrants, migrateurs, migrations».
Sous la présidence de Claire Mestre, sept intervenants animeront cette journée :

  • Raphaël Musseau traitera de l'importance des zones humides de l'estuaire pour l'avifaune migratrice,
  • Françoise Daverat fera découvrir le voyage de l'anguille européenne,
  • Marc Martinez évoquera l'itinérance des groupes humains de l'estuaire entre – 40 000  et  -12 000 ans,
  • Jean Paris nous fera retrouver les habitants des îles de la Gironde de 1891 à 1926,
  • Francine Agard-Lavallé et Bernard Lavallé relateront l'exode espagnol dans l'estuaire en 1937,
  • Alain Beschi abordera le phénomène de l'implantation des néo-ruraux en Blayais,
  • Taoufik Karbia présentera Alifs, une association au service de l'immigration et du lien social.

Entre chaque intervention le groupe «Des lires en choeur» assurera un intermède littéraire.
Renseignements et inscriptions www.estuairegironde.net

Retour à la newsletter