• Exportation de céréales, bois, papier, vins, produits énergétiques, trafics de recyclage, import de matières premières pour la chimie et l'énergie…

    Tous les trafics de Bordeaux Port Atlantique.

Filieres de trafic

Pour traiter efficacement ses trafics, traditionnels et nouveaux, le port de bordeaux dispose de 7 terminaux spécialisés : le Verdon, Pauillac, Blaye, Ambès, Grattequina, Bassens et Bordeaux.

Bordeaux port atlantique investit chaque année aux cotés des entreprises privées présentes sur ses terminaux pour améliorer sa compétitivité tout en préservant son environnement.

 

Hydrocarbures et produits chimiques

 

On regroupe au sein de la filière hydrocarbures tous les trafics ayant une relation avec les produits pétroliers. Le port de Bordeaux voit transiter chaque année entre 4,2 et 4,7 millions de tonnes d’hydrocarbures répartis à 90 % à l’import et 10 % à l’export. Cette filière représente plus de 50 % du trafic général du port de Bordeaux.

Les produits importés sont multiples (essences, gas-oils, carburéacteurs, fuels domestiques, fuels-oils, GPL, bitumes, biocarburants ou pétroles bruts) et les capacités de déchargement sont présentes notamment sur Pauillac, Blaye ou Ambès. Bordeaux Port Atlantique constitue le pôle hydrocarbures le plus important du Grand Sud-Ouest.

Les produits chimiques sont quant à eux essentiellement centralisés sur la presqu’île d'Ambès et de Bassens et constituent l'un des deux pôles majeurs de la région Aquitaine. Avec en moyenne 100.000 tonnes de marchandises importées chaque année (hors ammoniac), les produits réceptionnés sont divers et multiples (méthanol, butadiène, tall oil, autres produits chimiques de base).

 

Vracs agro-alimentaires et céréales

 

On regroupe au sein de la filière céréales les trafics comme le maïs et le sorgho mais aussi des céréales à paille telles que le blé et l’orge. Le maïs reste de loin la céréale la plus cultivée dans le Sud-Ouest avec environ un million de tonnes exportées depuis Bordeaux.

Au cœur de la Nouvelle-Aquitaine, grande région céréalière, Bordeaux Port Atlantique est le partenaire privilégié de la filière céréales et oléoprotéagineux, qui représente environ 15% de son trafic annuel. Bordeaux Port Atlantique compte de plus en plus d’importateurs au Maghreb, en complément de ses importateurs habituels en zone frontalière situés en Europe du Sud et au Royaume-Uni. Ces nouveaux marchés, alliés à la qualité des céréales produites sont la garantie, pour les opérateurs multi-céréaliers, de développer des échanges et des trafics stratégiques pour l’avenir.

Avec 600 000 tonnes annuelles d’import/export de graines, d’huiles ou de tourteaux, Saipol est l’un des acteurs majeurs de la filière oléagineuse, dynamisant les trafics du Port de Bordeaux en les redirigeant vers l’export (tourteaux de tournesol, tourteaux de colza).

Les opportunités amènent les opérateurs du port de Bordeaux à recevoir, pour l’importation de graines, des navires de 20 000 à 35 000 tonnes. Référence dans l’industrie oléagineuse, le site de Bassens se distingue notamment par une logistique qui exclut le transport routier. Les graines, qui arrivent par navire ou par train, sont déchargées puis triturées par l’usine Saipol. Une partie des huiles produites est ensuite utilisée dans la fabrication de biocarburant, à son tour exporté par voie maritime.

 

Granulats et minéraux

 

Les granulats-fluviaux et maritimes représentent une part importante du trafic du port de Bordeaux, qui entend renforcer la compétitivité de cette filière. L’attractivité de la métropole Bordelaise génère des besoins accrus en logement et infrastructures. La Gironde consomme plus de granulats qu’elle n’en produit et doit ainsi trouver des sources d’approvisionnement éloignées. Ces déficits de plus de trois millions de tonnes sont à l’origine d’un important trafic routier de granulat qui représente près de 25% du transport de marchandise sur les routes de l’Aquitaine. Aussi les importations maritimes viennent-elles compléter l’offre des carrières terrestres ou alluvionnaires

L'approvisionnement maritime est le moins polluant à la tonne transportée et la réflexion menée par le port de Bordeaux sur les produits alternatifs constitue une réponse à la réduction des Gaz à effet de serre pour l'agglomération Bordelaise, le Département et la Région.

Près de 14 millions d’euros ont été investis pour l’aménagement du terminal de Grattequina, 7ème site du Grand Port Maritime de Bordeaux. Situé sur les communes de Parempuyre et de Blanquefort, ce nouveau site en rive gauche, au plus près des chantiers de l’agglomération bordelaise, permet la réception de granulats mais aussi le transport de pièces de grandes dimensions ou colis lourds.

Le port de Bordeaux exporte par ailleurs un quartz d’une grande pureté préacheminé en intégralité par voie ferroviaire depuis les carrières de Clairac (Lot et Garonne) par la société IMERYS. Ce matériau est ensuite chargé sur navire de petite capacité (3.500 tonnes) pour être expédié en Norvège (environ 20 kt / 30 kt par an) où il sera concassé pour être utilisé notamment pour la fabrication de composants électroniques.

 

Conteneur

 

Trafic à forte valeur ajoutée pour la place portuaire, le trafic conteneurs est également le reflet de l'activité industrielle et commerciale du grand Sud-Ouest. À Bordeaux, le trafic est porteur, et en fort développement (18000 EVP en 1995, 62700 en 2015), avec deux opérateurs mondiaux de référence (MSC et CMA CGM).

MSC et CMA CGM desservent chacun plus de 300 ports du monde, chaque semaine avec des lignes fiables, régulières et adaptées à la demande industrielle et commerciale.

2 terminaux pour le conteneur (sites portuaires aux normes ISPS)

  • Le Verdon : un avant port rapide, avec un statut de zone franche douanière et fiscale, 12,5 m de tirant d'eau, 3 postes à quai, 2 portiques à conteneurs, plus de 600 m de quai, un hangar de 12000 m², d'importantes disponibilités foncières, des prises conteneurs, et des connexions multimodales avec l’agglomération bordelaise.
    Bordeaux Port Atlantique développe un nouveau terminal à conteneurs (TCSO, Terminal Conteneurs du Sud-Ouest) sur son site du Verdon, porte d’entrée du grand Sud-Ouest de la France, pour accompagner la croissance attendue des volumes.
  • Bassens : un terminal multimodal, à proximité immédiate de la ville de Bordeaux et des grands axes de communication, 10,5 m de tirant d'eau, 2 postes à quai conteneurs, 2 grues de forte capacité, des prises conteneurs.

Le passage portuaire en un clic, c'est à Bordeaux Port Atlantique !

L'ensemble des formalités du passage portuaire est simplifié : demande de place à quai, dédouanement, déclaration des droits de port... Le respect des réglementations est garanti par l'intégration complète de logiciels qui font référence dans leur domaine : AP+, VIGIEsip, DELTA

 

Chargez à Bordeaux et économisez :

Charger vos conteneurs à Bordeaux, c'est économiser sur le pré transport, contribuer à la réduction de l'empreinte carbone du produit transporté, gagner du temps sur les délais de dédouanement, et contribuer à la fiabilité de la chaîne logistique.

 

Charbon et coke de pétrole

 

Charbon, coke de pétrole et tourbe... ces produits composent la filière minérale combustible de Bordeaux Port Atlantique pour l'essentiel constituée du charbon et du coke de pétrole.
Le charbon, matière organique végétale est utilisé dans le domaine de l'industrie. Le coke de pétrole est un coproduit des raffineries de pétrole.

Les contraintes associées aux énergies concurrentes (hausse du prix du pétrole, du gaz naturel) et l'abondance des réserves de charbon dans le monde en font une filière qui reste concurrentielle et qui doit relever d'importants défis environnementaux. Sur Bassens, au plus près du terminal charbonnier, les industriels Michelin et Lafarge sont emblématiques de ces trafics.

Bordeaux Port Atlantique entend consolider cette filière en proposant une alternative à la route et en accompagnant les industriels dans leur transition énergétique.

 

Vracs industriels

 

Ciment, clinkers, laitiers, ferrailles, terres réfractaires, pneus broyés, vracs liquides, solides ou secs... autant de trafics industriels qui trouvent leur place à Bordeaux Port Atlantique.

Bordeaux Port Atlantique développe également les trafics de produits valorisables : pneus broyés, verre pilé, ferrailles, coques, déconstruction de navires.

Ces nouvelles activités répondent aux objectifs environnementaux de Bordeaux Port Atlantique. En effet, le développement des filières de valorisation des déchets s’appuie sur des modes de transport propres et massifiés. La Garonne et le port retrouvent peu à peu leur place dans les réflexions sur la structuration de ces filières. Bordeaux Port Atlantique s’est ainsi engagé dans une démarche de soutien au développement d’activités portuaires fluviales ou maritimes  propres.

Son site de Bassens est par ailleurs l’un des 18 sites de démantèlement au monde agréés par l’Union Européenne et le plus important en France.

Cette distinction reconnaît l'excellence des réalisations, des compétences, des procédures et des équipements du pôle de recyclage de Bordeaux Port Atlantique.

 

Engrais et matières premières

 

La filière engrais et matières premières constitue l’un des trafics majeurs de Bordeaux Port Atlantique avec environ 600.000 tonnes par an soit 7 % du tonnage global. L'importance de la filière est directement liée au caractère très agricole de la région Aquitaine. Bordeaux Port Atlantique possède une importante diversité d’engrais manutentionnés, nécessitant un certain niveau de savoir-faire au niveau du déchargement des navires et du stockage. Avec environ 300 kt d'engrais manufacturés importés par an, la place portuaire s'est spécialisée dans la réception d'engrais type urée, potasse et autres engrais liquides tel que la solution azotée.

L’ammoniaque est aujourd’hui importée exclusivement par voie maritime par Yara Ambès pour y être transformée en engrais. Un développement important des imports est attendu pour les prochaines années, avec des rejets de GES exemplaires au niveau européen.

 

Bois (tous)

 

Filière historique et concurrentielle, la filière bois est constituée de 3 segments :

  • Bois d’œuvre
  • Bois d’industrie
  • Bois énergie

Le terminal de Bassens amont accueille historiquement des acteurs du bois qui importent des bois du nord et scandinaves et exportent des bois d’œuvre conteneurisés. Ces bois sont transformés sur la zone portuaire ou alimentent les scieries de l’hinterland pour le marché de la construction.

Le bois énergie est un combustible sous forme de granulés ou plaquettes fabriqués à partir de rebus de l’industrie du bois. Le potentiel de la filière réside dans la demande en bois énergie qui devrait d’ici 2020 dépasser les ressources locales.

2 opérateurs de la filière bois sont installés en bord à quai :

  • Silverwood : importe des panneaux, bois de menuiserie, bois de couverture, bardage
  • Sinbpla : importe des bois Scandinaves, Russes et Baltes qui approvisionnent le Sud-Ouest

 

L'exportation concerne des bois de pays (pin de landes) exportés essentiellement en conteneurs sous forme de parquets, lambris ou bois de coffrage.

Bordeaux Port Atlantique entend consolider ce trafic et se fixe pour objectif une croissance raisonnée, axée sur une reprise des bois tropicaux et sur le développement des granulés et copeaux de bois.

Le port de Bordeaux est adhérent de l'association "Le commerce du bois" qui réunit les professionnels de la filière française de la distribution bois (importations, raboteurs, négociants, agents).

 

 

Colis lourds et filières de demain (aérospatial, EMR…)

 

Bordeaux Port Atlantique dispose de solides atouts pour répondre aux défis de la logistique des pièces de grandes dimensions. 3 de ses sites sont complémentaires pour la réception de colis lourds ou volumineux mais peuvent aussi accueillir de nouvelles activités industrielles, en lien avec les orientations économiques du territoire.

  • Le Verdon : avant-port en eau profonde, 12,50m de tirant d'eau, 3 postes à quai, un hangar de 12 000 m², de vastes disponibilités foncières
  • Grattequina : 7ème et nouveau terminal en rive gauche, à proximité de l'écoparc de Blanquefort
  • Bassens : terminal au plus près de l'agglomération Bordelaise et des grands axes de communication

 

Aéronautique, aérospatial, industrie, éolien, énergie : Bordeaux Port Atlantique met son savoir-faire au service du transport des pièces de grande dimension, pour tous les secteurs d’activités. Les infrastructures de Bordeaux Port Atlantique offrent tous les équipements et services adaptés à la manutention de ce type de marchandises : grues et portiques de forte capacité, disponibilités foncières et entrepôts de stockage en bord à quai, résistance des quais adaptée, opérateurs portuaires expérimentés.

Filières de demain

Le port de Bordeaux joue un rôle stratégique dans le développement du territoire, il est à ce titre directement concerné par les projets énergétiques pour lesquels il dispose d'un atout majeur : de vastes espaces fonciers dédiés aux projets industrialo-portuaires.

Le port de Bordeaux entend être un moteur de l’économie et accompagne les projets innovants comme le développement des hydroliennes fluviales. L’estuaire girondin présente en effet un important potentiel d'énergie exploitable et dispose d'une zone d'expérimentation et d'essais unique en Europe, SEENEOH, dédiée aux hydroliennes fluviales.

 

Croisière

 

Bordeaux est situé en 2ème position derrière le Havre pour l'accueil des escales de croisière sur la façade Atlantique-Manche

Escale de prestige, Bordeaux est une des rares escales européennes permettant aux paquebots jusqu'à 255 m d'accoster au cœur de la ville, dans l'hyper-centre historique d'une cité mondialement renommée, à proximité immédiate de sites remarquables classés à l'Unesco, de restaurants, de boutiques et lieux de culture... l'escale du Port de la Lune offre aux passagers l'opportunité de profiter en toute liberté et sans contrainte des atouts de Bordeaux et de sa région. Deux autres sites complémentaires permettent l'accueil des navires de croisières, et complètent la palette des choix en fonction des activités des croisiéristes ou de la taille des navires : Bassens, en rive droite, tout près de Bordeaux et Le Verdon, port en eaux profondes, à l'embouchure de l'estuaire et aux portes des vignobles du Médoc et des plus grands châteaux.

Le port de Bordeaux travaille également sur un projet de nouveau quai dédié aux paquebots de grandes dimensions, qui serait localisé à Pauillac, à proximité immédiate du vignoble et à une heure de transport de Bordeaux centre. Ce nouvel équipement permettra d’atteindre un nouveau palier de développement pour le segment des plus gros navires (qui escalent aujourd’hui au Verdon), segment sur lequel le port de Bordeaux est peu présent aujourd'hui.

Bordeaux Port Atlantique accueille chaque année une cinquantaine de paquebots de croisière.